L’enfant peut participer

L’un des principes fondamentaux de l’intérêt de l’enfant, c’est que l’enfant peut participer à l’évaluation de son cas et aux décisions le concernant. Il est important de lui donner suffisamment d’explications sur l’objet et les raisons de la décision afin qu’il puisse former son opinion et l’exprimer. Chacun, y compris un enfant, a toujours le droit de prendre part aux décisions le concernant. Il n’y a pas de limite d’âge. L’enfant peut exprimer ses opinions et ses souhaits. Il sera entendu en tenant compte de son âge et de son degré de maturité. Par exemple, on peut essayer de découvrir ce que ressent un petit enfant en observant son comportement et ses jeux. Lorsqu’il s’agit d’un enfant plus âgé, les travailleurs sociaux doivent lui expliquer les choses de telle façon qu’il puisse les comprendre.

Selon la loi, un enfant de plus de 12 ans a droit à la parole en matière de protection de l’enfance. Ceci veut dire que son opinion doit être prise en compte comme celle des adultes dans les affaires de protection de l’enfance. Il a le droit de consulter les documents le concernant et il doit être entendu officiellement au moment de prendre les décisions. Il peut demander de l’aide ou des services et s’opposer aux décisions le concernant. Il doit être informé des décisions prises et de la possibilité de faire appel. Mais le fait que l’enfant participe à l’examen des questions le concernant ne signifie pas qu’il pourrait décider lui-même. C’est aux adultes qu’il revient de prendre les décisions et d’en assumer la responsabilité.