Les problèmes d’Asif ont commencé par des vols

Âgé de 12 ans, Asif était l’avant-dernier de la famille. Ses parents vivaient en Finlande depuis déjà plusieurs années, mais ils ne parlaient toujours pas la langue et n’avaient pas suivi de cours de finnois. Ses frères et sœurs plus âgés n’habitaient plus à la maison.

Il y a deux ans, on avait découvert qu’Asif volait dans les magasins. C’est pourquoi le travailleur social de la protection de l’enfance avait demandé aux parents et au garçon de venir en discuter. Elle leur a expliqué les conséquences du délit et la façon de le réparer. En Finlande, les enfants de moins de 15 ans ne peuvent pas être poursuivis en justice ni être condamnés, mais le délit peut entraîner l’intervention de la protection de l’enfance. Les dommages doivent toutefois être réparés, même si l’auteur du délit a moins de 15 ans. Lorsque le jeune atteint l’âge de 15 ans, il devient responsable des délits qu’il commet et peut être condamné, par exemple à une amende. Les parents ont promis de rediscuter de l’affaire à la maison. Le garçon a dit que c’était un copain qui l’avait incité à voler avec lui.

Les problèmes continuent

Un an plus tard, l’école a pris contact avec la protection de l’enfance. Asif avait un comportement très agressif à l’école et les autres élèves avaient peur de ses menaces. Le professeur a expliqué qu’Asif se retrouvait facilement impliqué dans des bagarres, aussi bien à l’école qu’à l’extérieur.

Le travailleur social de la protection de l’enfance a de nouveau rencontré les parents et le garçon, qui a dit qu’il s’énervait quand on le traitait de nègre. Les parents ont aussi dit qu’Asif faisait des crises de colère à la maison quand ils lui imposaient des limites ou lui interdisait de faire quelque chose.

L’assistante sociale a pris contact avec le professeur d’Asif, qui a promis que l’école accorderait plus d’attention à Asif et regarderait s’il était victime de harcèlement. Elle a insisté sur l’importance de donner des limites de sécurité à l’enfant : Asif ne devait par exemple pas décider lui-même de l’heure à laquelle il devait rentrer à la maison. Les parents se faisaient aussi du souci parce qu’ils ne connaissaient pas les copains d’Asif et ne pouvaient pas contacter leurs parents, n’ayant pas de langue commune.

L’accompagnement de la famille pour soutenir l’action éducative des parents

Il a été décidé avec les parents et Asif de mettre en place l’accompagnement de la famille avec le soutien de la protection de l’enfance. Des rencontres étaient organisées avec la famille une fois par semaine et l’on expliquait aux parents comment mettre en place des règles au sein de la famille, par exemple de l’heure à laquelle Asif devait rentrer et des devoirs à faire à la maison. L’école intervenait plus efficacement dans le harcèlement dont était Asif était victime, mais il se comportait de plus en plus mal. Il perturbait les cours et n’arrivait pas à se concentrer et à écouter. Souvent, Asif n’obéissait pas au professeur ; il s’énervait et quittait l’école sans permission en plein cours.

Un enseignement spécialisé a été mis en place pour Asif en accord avec ses parents, la protection de l’enfance et les autorités scolaires, pour qu’il soit plus facile pour lui de se concentrer sur l’apprentissage. La psychologue scolaire a aussi examiné les capacités d’apprentissage d’Asif. Si l’on sait pourquoi l’élève a des difficultés d’apprentissage, il est plus facile de l’aider.

Les problèmes s’aggravent

La situation s’était apaisée un instant et Asif allait à l’école régulièrement, mais de gros problèmes se sont déclarés pendant son temps libre. Asif a commencé à vandaliser les lieux publics avec ses copains et a recommencé à voler. À la maison, il ne respectait pas les règles établies, malgré les promesses et des accords. À l’école, il était réticent et fatigué et n’arrivait pas du tout à faire ce qu’on lui demandait. Asif a commencé à changer et trouvait que l’école était trop difficile.

Les parents étaient très fatigués et attristés par cette situation. Ça ne servait à rien de parler à leur fils et ils se faisaient beaucoup de souci pour son avenir.

Le foyer d’enfants peut faire face aux problèmes d’Asif

Pour clarifier la situation du garçon, l’assistante sociale de la protection de l’enfance a organisé un rendez-vous avec les parents et le professeur. Elle a proposé à la famille qu’Asif soit placé dans un foyer d’enfants pour qu’il aille à l’école régulièrement et pour qu’on puisse faire face efficacement à son comportement dangereux. Cette proposition semblait terrifiante et bizarre aux parents, mais ils pensaient qu’il fallait de toute façon faire quelque chose.

Avant la prise de décision, Asif et ses parents ont eu la possibilité d’aller voir le foyer et de dire ce qu’ils en pensaient. Le service leur a parlé aussi de la possibilité de contacts avec les parents, de même que les congés durant lesquels Asif pourrait rentrer à la maison. Le placement se terminerait quand il ne serait plus nécessaire. Durant le placement en dehors du milieu familial , les parents reçoivent de l’aide d’autres adultes pour l’éducation de leur enfant. Le personnel du foyer d’enfants peut aider le jeune à faire face aux situations du quotidien mieux que ne le feraient les mesures de soutien en milieu ouvert . Durant le placement hors milieu familial, les parents prennent les décisions concernant l’enfant ensemble avec le personnel du foyer et le travailleur social de la protection de l’enfance.