Exercice de l’autorité parentale

L’exercice de l’autorité parentale signifie, en bref, prendre les décisions concernant l’enfant. Les parents, ou les personnes exerçant l’autorité parentale, sont chargés de s’occuper de l’enfant, de l’éduquer, de le surveiller et de veiller à son bien-être. Seul une personne exerçant l’autorité parentale peut obtenir des informations concernant l’enfant auprès des différentes autorités. Pour un enfant né dans le cadre du mariage, ce sont les deux parents qui exercent ensemble l’autorité parentale. Par contre, si l’enfant naît dans le cadre d’une union libre, c’est la mère qui exerce seule l’autorité parentale, à moins que les parents n’en conviennent autrement. Dans ce cas, la paternité doit être établie séparément.

Si les parents divorcent, un accord doit être conclu pour l’exercice de l’autorité parentale. En Finlande, on divorce beaucoup. Le divorce peut être demandé par un seul des époux ou par les deux ensemble. Après une période de réflexion de six mois, le divorce est approuvé et légalement prononcé. La situation la plus fréquente après le divorce est l’autorité parentale conjointe, les deux parents prenant alors ensemble les décisions importantes relatives à l’enfant, par exemple en matière d’éducation, santé ou voyages. Les affaires de la vie quotidienne sont décidées par la personne chez qui l’enfant habite. Un enfant dont les parents exercent l’autorité parentale conjointe ne peut pas être emmené habiter à l’étranger sans l’accord de l’autre parent, même s’il habitait chez le parent qui l’emmène. En cas de demande de passeport pour l’enfant, la demande doit aussi être signée par l’autre parent. Si l’autorité parentale conjointe s’avère difficile dans la pratique après le divorce, l’un des parents peut faire une demande pour obtenir l’autorité parentale exclusive. Le parent isolé exerçant seul l’autorité parentale peut prendre seul les décisions concernant l’enfant sans avoir à en discuter avec l’autre parent. Il y a cependant lieu dans tous les cas de ne pas oublier que l’enfant est en droit de voir ses deux parents.